Ces employés trouvent le travail hybride plus épuisant que le télétravail, voici comment les entreprises pe… – Business Insider

Depuis septembre, Margaret Bailey, vice-présidente du cabinet d’architecture et d’ingénierie CannonDesign, travaille selon un emploi du temps hybride. Une semaine sur deux, dit-elle à Insider, elle se rend dans une autre ville pour rencontrer des clients pendant deux ou trois jours, avant de revenir télétravailler chez elle, à St Louis, dans le Missouri, aux États-Unis. “Si je devais résumer le travail hybride en un mot, ce serait “épuisant”, a déclaré Margaret Bailey, qui est également mère d’un bébé de 7 mois.

Elle raconte avoir récemment dirigé un atelier de deux jours pour des clients en Californie et que “c’était comme courir un marathon”. “Parler aux gens en face-à-face et établir un contact visuel — ce sont des choses que nous n’avons pas faites depuis un certain temps”. Cet atelier était également un défi car tous les participants n’étaient pas présents dans la salle. “J’essaie d’être consciente du biais de distance et de m’assurer que les personnes sur les écrans sont vues et entendues et que leur contribution est valorisée”, a-t-elle déclaré.

A lire aussi – Le patron de Google Sundar Pichai estime qu’être en télétravail 2 jours par semaine est le meilleur rythme

Selon une récente enquête menée par la société TinyPulse, spécialisée dans les logiciels d’implication des employés, ces derniers considèrent que le travail hybride est nettement plus épuisant que le travail en personne ou à distance. En fait, plus de la moitié des employés sont plus à l’aise pour télétravailler depuis le début de la pandémie, selon un sondage réalisé en novembre par la plateforme de recherche d’emploi Monster.

Et une majorité de travailleurs sont demandeurs de télétravail. Selon les données de LinkedIn, la flexibilité du travail est la priorité des employés qui a connu la plus forte croissance depuis l’apparition du Covid-19.

Les employés peuvent trouver le travail hybride moins attrayant et moins productif que le télétravail car l’autonomie amenée par le travail à domicile leur manque ou parce qu’il leur est difficile de modifier leur emploi du temps tous les deux jours.

“Lorsque les employés travaillent de chez eux le lundi, vont au bureau le mardi, puis travaillent de chez eux le mercredi, ils changent constamment de rythme, et il est difficile pour les gens de s’adapter”, a déclaré à Insider Megan Murdock, un cadre supérieur de la société de services de paie CBIZ, qui se concentre sur les programmes d’apprentissage et de développement pour les professionnels des services financiers. “Tout est nouveau chaque jour et les gens se lassent des décisions”.

Insider s’est entretenu avec cinq travailleurs hybrides, dont trois nous ont demandé de n’utiliser que leur prénom pour éviter toute réaction négative de la part de leur employeur. Certains ont dit qu’ils avaient apprécié de renouer avec leurs collègues et leurs clients en personne une partie du temps et la flexibilité d’aller au bureau selon leurs propres conditions. D’autres, dont certains ont un emploi du temps hybride plus strict, ont déclaré qu’ils étaient moins heureux et moins productifs dans leurs fonctions après avoir abandonné le télétravail.

Le travail hybride a ses avantages, mais il coûte à certains travailleurs leur productivité

Anjelic, 27 ans, travaille dans un musée de la ville de New York et a déclaré à Insider qu’elle devait se rendre à son bureau 16 heures par semaine depuis octobre. Elle a commencé à travailler au musée en septembre et avait auparavant occupé deux emplois à temps partiel, tous deux à distance. Elle apprécie de voir ses collègues et de participer à des séances de brainstorming en personne, mais “le trajet en lui-même vous épuise”, dit-elle. “J’étais plus productive en sachant que j’avais le choix. Si je devais y aller tous les mercredis ou tous les jeudis, je le redouterais.”

Sheila, 57 ans, contractuelle du gouvernement américain dans la région de Washington, a déclaré qu’elle devait se rendre au bureau quatre jours par semaine depuis avril et a constaté qu’elle était moins productive au bureau. Avant la crise sanitaire, elle devait être au bureau tous les jours, mais elle travaille à distance depuis mars 2020.

“L’autre jour, j’avais quatre tâches à faire, mais je n’ai pu en accomplir qu’une seule”, dit-elle, ajoutant que c’était en partie parce qu’un collègue est passé trois fois dans son bureau. “Partir après 10 heures et n’accomplir qu’une seule tâche ne me donne pas l’impression d’avoir fait grand-chose.”

Comme son employeur ne fait pas de concessions pour le télétravail, Sheila affirme qu’elle cherche activement un autre emploi. “Je suis confiante dans le fait que je pourrai quitter mon emploi ou donner mon préavis avant la fin de l’année”, a-t-elle déclaré.

À lire aussi – Télétravail : voici comment les digital nomads détruisent les paradis tropicaux

Mark, 50 ans, chercheur dans une entreprise biopharmaceutique de la côte Est des Etats-Unis, se rend au bureau trois jours par semaine depuis juillet. Il a commencé à travailler à distance dans l’entreprise en août 2020. “C’est génial d’avoir des interactions en face-à-face”, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il rencontre enfin ses collègues en personne. “J’en suis très heureux, mais je comprends que d’autres personnes dans d’autres situations, avec des enfants en bas âge ou de longs trajets, ou qui sont plus introverties, puissent avoir plus de mal à le supporter.”

De même, Shireen, 44 ans, vice-présidente adjointe de la communication interne chez Synchrony à Stanford, Connecticut, était heureuse de retourner au bureau trois jours par semaine en octobre, mais elle a admis que se réhabituer aux trajets quotidiens était un ajustement. “Il y avait beaucoup de défis à relever en travaillant à distance”, a-t-elle déclaré. “J’ai besoin d’être entourée de gens.”

Elle ajoute qu’elle aime pouvoir travailler chez elle deux jours par semaine, car elle apprécie la flexibilité de pouvoir décider des jours où elle vient au bureau. Avant la crise sanitaire, Shireen pouvait travailler à domicile selon ses besoins.

Pour des parents comme Margaret Bailey, retourner dans un bureau à temps partiel signifie également renoncer à l’avantage d’être entouré de sa famille tous les jours. “Ce n’est pas seulement le télétravail, mais toutes les choses qui l’accompagnent que nous abandonnons”, a déclaré Margaret Bailey. “La culpabilité de la mère est réelle, surtout quand nous avons eu près de deux ans où nous avons été avec nos enfants non-stop.” Avant la crise sanitaire, Margaret Bailey avait une certaine flexibilité quant au moment où elle se rendait au bureau et pouvait occasionnellement travailler chez elle, mais elle se rendait dans un bureau, soit à St. Louis, soit dans une autre ville, chaque jour.

La solution pour que le travail hybride fonctionne

Les entreprises qui veulent ou doivent faire revenir leurs employés au bureau à temps partiel pourraient avoir intérêt à trouver des moyens de faciliter la transition vers un mode de travail hybride. Insider a demandé à plusieurs experts du monde du travail de partager les moyens dont disposent les employeurs pour aider leurs employés à avoir un peu plus d’autonomie et de contrôle sur leur emploi du temps tout en équilibrant le travail à distance et le temps passé au bureau :

Donnez aux gens une raison de quitter la maison : Kendra Mitchell, responsable des ressources humaines chez Chief, un réseau privé de membres dont l’objectif est de mettre en relation et de soutenir les femmes cadres, a déclaré à Insider que si un employé doit venir au bureau plusieurs fois par semaine, il doit y voir un retour sur investissement. Par exemple, a-t-elle dit, l’entreprise devrait offrir aux employés une occasion spéciale d’apprentissage ou une chance de créer des liens avec leur équipe. “Les employeurs doivent se demander ce que l’expérience en personne a de particulier et qui la différencie de ce qu’un employé ferait chez lui”, a déclaré Kendra Mitchell. Megan Murdock convient que les employeurs doivent s’assurer que le temps passé au bureau est du temps bien utilisé. “Cela n’a pas de sens d’aller dans un bureau et de s’asseoir dans un cube”, a-t-elle déclaré.

Permettez aux employés de revenir à un rythme plus lent : De nombreux employeurs envisagent le retour au bureau comme un interrupteur que l’on allume et éteint, a déclaré à Insider Nancy Halpern, fondatrice de Political IQ, une société de conseil en gestion basée à New York qui aide les organisations à résoudre les problèmes de politique de bureau. “Ce n’est pas le premier jour d’école”, dit-elle. “Il n’y a pas de magie à ce que tout le monde aille travailler le 3 janvier.” Elle a suggéré que les employés viennent un jour les deux premières semaines, puis deux jours les deux semaines suivantes, et enfin trois jours les trois semaines suivantes. “Vous avez été séparés pendant 20 mois, il n’y a donc aucun mal à prendre quatre mois pour bien préparer le retour au bureau”, a-t-elle dit.

Proposez des horaires aménagés : Gardez à l’esprit que la situation de chacun est différente, a déclaré Megan Murdock. Les entreprises peuvent donner les horaires qu’elles aimeraient voir respecter puis dire : “Voici ce que nous aimerions voir, mais si cela ne vous convient pas, discutons et trouvons quelque chose qui vous convienne, à vous et à nous”, a-t-elle ajouté. “J’espère que les managers parlent réellement à leurs employés de ce qu’ils veulent”, a ajouté Margaret Bailey.

Cet article de Lisa Rabasca Roepe a d’abord été publié sur Insider Premium.

A lire aussi – Télétravail : 5 mauvaises habitudes à ne jamais prendre pour rester productif

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Ces employés trouvent le travail hybride plus épuisant que le télétravail, voici comment les entreprises pe… – Business Insider
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :