Domiciliation: Pourquoi le stade d’Oran est une solution provisoire – La Gazette du Fennec

C’est officiel: l’Equipe nationale aura le nouveau stade d’Oran comme domicile pour la campagne de qualification de la CAN-2023 qu’abritera la Côte d’Ivoire. Néanmoins, ce déménagement serait provisoire pour des raisons logistiques et économiques. Explications.

Le mythe du stade Mustapha-Tchaker (Blida) est terminé. L’enceinte vétuste, maintes fois rafistolée, ne convient plus pour le football moderne et la sélection. Désormais, elle ne remplit pas les exigences de la FIFA et la CAF. Cela contraint l’EN à recevoir ses adversaires ailleurs. Et ça sera à Oran. Le nouveau stade de la capitale de l’Ouest est le premier-né du parc stadier en Algérie. Ainsi, il y a une volonté politique de le promouvoir. Surtout à l’approche des Jeux Méditerranéens 2022 à Oran (25 juin – 05 juillet).

oran nouveau stade vue aerienne bir el djir

Il est clair que la FAF pouvait opter pour le stade Olympique du 5 juillet 1962 (Alger) momentanément. Surtout qu’il est plus proche géographiquement du Centre technique national (CTN) de Sidi Moussa. Cela n’aurait pas contraint les Fennecs à se déplacer la veille d’un match à plus de 350km. Avec tout ce que l’opération nécessite comme démarche: acheminement vers l’aéroport, démarches pour prendre l’avion, réservation d’hôtel… etc.

En attendant le stade de Baraki

De plus, la nuitée loin du CTN implique un sacré extra en termes de dépenses pour l’instance fédérale, mal en point au niveau financier, qui devra payer l’avion mais aussi l’hôtel qui hébergera les camarades d’Islam Slimani. Par conséquent, le lieu de regroupement habituels des Verts perd considérablement de ses atouts.

Cependant, on peut presque affirmer que le retour dans la capitale se fera dès l’année 2023. En effet, l’EN n’attend que l’inauguration du stade de Baraki (40 000 places), qui devrait être prêt pour la fin 2022 puisqu’il abritera des rencontres du CHAN-2023 qu’organisera l’Algérie (08 – 31 janvier) et dont le taux d’avancement a dépassé les 90%, pour rejouer plus près du CTN de Sidi Moussa distant de seulement 8km de Baraki. Dès lors, El-Khadra ne ferait que trois sorties à Oran avant de s’installer durablement à Baraki en perspective des éliminatoires du Mondial 2026.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Domiciliation: Pourquoi le stade d’Oran est une solution provisoire – La Gazette du Fennec
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :