Télétravail : un indispensable argument de recrutement – La Tribune Bordeaux

C’est un sujet incontournable dans la plupart des entretiens d’embauche, même sur des métiers que l’on pensait inéligibles.

“Lorsque je recrute des candidats sur des postes de conseiller emploi, les premières fois où la question du télétravail a été posée, j’en suis resté perplexe ! Je ne l’avais pas imaginé sur ce type de poste… En y réfléchissant bien, c’est légitime à l’heure où la ville de Bordeaux est désormais quotidiennement saturée par le trafic. C’est un gros changement mais nous nous sommes adaptés”, confie Eric Lafleur, directeur de la Mission Locale de Bordeaux.

Lire aussi 3 mnLa Mission locale muscle son jeu pour toucher les jeunes bordelais éloignés de l’emploi

Un argument face à la concurrence

D’autres secteurs étaient déjà prêts. Bien avant la pandémie, les entreprises et les salariés de la tech ont été parmi les premiers à adopter les modes de travail hybrides. Dans un secteur fortement en tension, l’opportunité d’offrir des modalités de travail à distance à 100 % leur a permis de puiser dans un vivier élargi de talents. Chez Back Market, dont les effectifs ne cessent de s’étoffer à Bordeaux, Marine Libaud, la directrice de la communication, explique sa position :

“Le télétravail fait parti de notre ADN. C’est une question récurrente aujourd’hui mais nous avions déjà cette culture là avant le confinement. La Covid a confirmé ce modèle déjà acquis. Nous sommes en travail flexible à part les managers qui viennent deux jours par semaine mais sinon, 50 % de nos salariés sont 100 % en télétravail. Nous avons tous les mois un rassemblement qui réunit tout le monde sur Zoom. 200 personnes ont été embauchées pendant la période Covid, notre Chief Happiness Officer a déployé des trésors d’animations pour faire partager une vision commune, intégrer les nouveaux… Le risque, c’était l’isolement et l’enjeu : maintenir le lien collaboratif et social.”

Lire aussi 9 mnStars, salaires, télétravail : l’emploi des développeurs web en ébullition à Bordeaux (1/3)

Dans un contexte très concurrentiel, chez Satelia, le télétravail fait ainsi partie intégrante du fonctionnement de cette startup du domaine de la santé qui compte 54 salariés et recrute à tour de bras. “La norme c’est le télétravail trois jours par semaine en moyenne tandis que la venue au bureau vise à privilégier les moments de contact humain : se réunir, échanger, créer. Des salariés sont aussi en 100 % télétravail avec l’obligation de venir au bureau l’équivalent d’un jour par semaine. Ce qui peut se transformer en une semaine toutes les six semaines pour ceux qui vivent loin de Bordeaux, auquel cas nous prenons en charge les frais de déplacement et d’hébergement”, témoigne Nicolas Pagès, le CEO et cofondateur de Satelia, qui vient d’emménager au sein de la Bourse maritime, dans le centre-ville de Bordeaux. 220 recrutements sont prévus dans les trois ans chez Satelia: “Pour 2022, nous étoffons l’équipe de développeurs, produit, design, règlementaire spécialiste du logiciel en santé. Nous recrutons également 20 infirmiers pour renforcer notre service de soin auprès des hôpitaux à leur demande.”

Une pratique qui se généralise

Les nouveaux accords se multiplient. En 2021, plus de 3.000 accords et avenants consacrés au sujet ont ainsi été conclus et déposés sur la plateforme Legifrance, soit plus du double des chiffres de 2019. Parmi elles, Capgemini à Bordeaux a fait paraître un communiqué de presse en décembre 2021 : les collaborateurs peuvent désormais télétravailler jusqu’à 70 % de leur temps de travail. “Un accord fondé sur la confiance en plaçant les besoins d’autonomie et de flexibilité des collaborateurs au cœur du dispositif, pour favoriser le meilleur équilibre possible entre vie professionnelle et personnelle”, peut-on lire. Un argument concurrentiel désormais indispensable pour attirer les candidats.

Lire aussi 7 mnComment les entreprises vivent-elles le télétravail en Nouvelle-Aquitaine ?

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Télétravail : un indispensable argument de recrutement – La Tribune Bordeaux
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :